icon_arrow_1_down icon_arrow_1_left icon_arrow_1_right icon_arrow_1_up icon_arrow_2_down icon_arrow_2_left icon_arrow_2_right icon_arrow_2_up icon_facebook icon_linkedin icon_mail icon_mail_hover icon_partners icon_play icon_priority_1 icon_priority_2 icon_priority_3 icon_priority_4 icon_search_hover icon_search_normal icon_tick icon_twitter

Les multinationales visées par un sondage

Share this article

Les Suisses sont pour des contrôles accrus, selon les tenants de l’initiative pour des «multinationales responsables».

by Hélène Joaquim,
 
Article original dans Tribune de Geneve
 
Les Suisses seraient de plus en plus concernés par les violations des droits de l’homme ou de l’environnement, à en croire les associations à l’origine de l’initiative «pour des multinationales responsables».

Selon un sondage commandé par les 77 organisations poussant le projet de consultation populaire et réalisé à la fin de juin, 89% du millier de personnes interrogées estiment que les multinationales helvétiques «devraient être obligées de respecter les droits humains et l’environnement à l’étranger». Et 92% des sondés considèrent que ces groupes devraient être obligés de contrôler les comportements de leurs filiales et leurs fournisseurs en la matière.

Aux yeux des porteurs de l’initiative, cette enquête confirme le bien fondé de leur projet. Si le texte proposé finissait par être accepté, les multinationales ayant leur siège en Suisse devraient «répondre des violations des droits humains ou de standards environnementaux commises à l’étranger», souligne Béatrix Niser, coordinatrice romande de l’initiative.

Les défenseurs du projet rappellent que, du négociant Glencore au Congo à son concurrent Vitol en Afrique du Sud, en passant par le groupe Triumph en Thaïlande, les exemples de violations commises sont nombreux. «L’initiative aura dès lors un effet préventif: les sociétés seront incitées à agir correctement», ajoute Béatrix Niser. Contacté vendredi, le Groupement des entreprises multinationales (GEM) n’était pas en mesure de réagir à ce sondage et à ce projet d’initiative.

Pour l’heure, seuls 11% des 200 plus grandes entreprises suisses ont adapté leur politique d’entreprise aux principes directeurs de l’ONU relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme, selon une récente étude de Pain pour le prochain et d’Action de carême. L’initiative, lancée le 21 avril 2015, avait déjà réuni 140 000 signatures un an après et sera déposée à la Chancellerie fédérale le 10 octobre.

(Tribune de Genève)

Contact us

ECCJ Secretariat
Rue d’Edimbourg 26
1050 Brussels - Belgium


Telephone number: +32 (0) 2 893 10 26